Marchés

KNF 2046. Une vision d'avenir

En 1946, lorsque KNF a été fondée comme atelier de rectification de cylindres dans le centre de Fribourg, les décombres de la ville bombardée se gisaient encore face à l'atelier improvisé. À l'époque, il est inconcevable que 75 ans plus tard, cette entreprise fabrique des pompes à membrane qui finiront en orbite autour de la Terre à bord de l'ISS, qui collectent des données climatiques en Amazonie ou qui contribuent au développement d'organes artificiels. Le seul endroit où KNF n'est pas allé est Mars.

 

L'entreprise familiale s'est toujours distinguée par sa capacité à regarder vers l'avenir, à rechercher de nouveaux marchés et à explorer les possibilités offertes par les technologies innovantes. Mais où nous mènera le chemin d’ici le prochain, le 100 ème anniversaire ? Comme en 1946, personne ne peut vraiment le savoir. Le PDG Martin Becker se risque néanmoins à un regard vers l'avenir. 

KNF en 2046. La porte du hangar de production s'ouvre. Tranquillement, presque silencieusement, les imprimantes 3D ronronnent. L'une d'entre elles est en train de créer une pièce d'usure qu'un client de KNF a demandée peu de temps auparavant via un scan de smartphone. Dans de nombreux cas, cependant, même cela n'est plus nécessaire. Les pompes à membrane savent depuis longtemps reconnaître elles-mêmes le moment de l'entretien et la pièce d'usure à remplacer, et envoient les données correspondantes à l'imprimante 3D. Celle-ci se trouve chez KNF ou chez le client.

Martin Becker est certain que dans 25 ans, les pompes à membrane KNF ne seront plus « seulement » des pompes de transport, d'évacuation et de génération de pression. « Elles seront capables de mesurer, de s'autoréguler, de réparer et de détecter les défauts et les pannes avant qu'ils ne se surviennent », estime le PDG. Grâce à des capteurs, des matériaux fonctionnels et une mise en réseau numérique via un cloud KNF, les pompes deviennent des dispositifs complexes qui enregistrent, reçoivent et traitent des informations de manière indépendante. Aujourd’hui, les possibilités de l'intelligence artificielle ne peuvent être que vaguement imaginées.

Retour vers le futur et l'année 2046. La fabrication de ces « petits ordinateurs » nécessite des collaborateurs spécialisés. Grâce à ses 100 ans d'expérience et aux connaissances de nombreux employés de longue date, KNF reste un leader technologique. Mais la concurrence au sommet est féroce. Le travail d'équipe entre les services et la collaboration étroite avec les clients sont plus importants que jamais. Cependant, la communication est un peu différente de ce qu'elle était « au bon vieux temps », dans les années 2020 ...

Réunion de projet. Les membres entrent dans l'espace virtuel et se saluent. Aujourd'hui, il s'agit des détails d'une production individuelle pour un client. L'ingénieur de KNF ouvre un hologramme de la pompe, puis ouvre virtuellement la vue à l'intérieur de la construction. Il explique l'état actuel des choses, puis met en œuvre des idées et des suggestions directement sur le modèle 3D. Au bout d'une heure, les questions les plus importantes ont été clarifiées, chacun quitte la pièce et se retrouve là où il était avant : dans un espace de co-working à Hambourg, en télétravail chez soi dans un village du sud de l'Allemagne, au siège du conseil d'administration du groupe, dans le département de développement de KNF en Suisse ou dans un bureau quelque part près de Toronto.

Le fait qu'une coopération efficace fonctionne virtuellement a déjà été testé avec succès par KNF lors de la crise du coronavirus. « Dans 25 ans, le travail flexible, mobile et virtuel fera partie du quotidien », assure Martin Becker. « KNF sera présent dans le monde entier et en même temps plus étroitement mis en réseau que jamais. » Même si la réalité virtuelle et augmentée ne remplacera jamais complètement les contacts personnels, comme dans l'exemple fictif, les voyages d'affaires deviendront moins fréquents. Il s'agit non seulement d'un gain de temps et d'efficacité, qui peut être décisif pour la concurrence, mais aussi d'une économie au niveau des ressources.

La durabilité est d’ores et déjà un sujet important pour KNF en 2021, et elle va pénétrer tous les domaines de l'entreprise familiale dans les années à venir. Encore plus de matériaux recyclés, des pompes encore plus petites et économes en matériaux, une technologie encore plus respectueuse de l'environnement. Dans 25 ans, une pompe à membrane KNF consommera jusqu'à 80 % d'énergie en moins. Cette tendance est déjà clairement visible.

Et où les pompes à membrane KNF seront-elles utilisées à l'avenir ? Les applications liées au thème de la nutrition promettent une croissance, tout comme les domaines du climat et de l'énergie verte. La technologie médicale reste également un point essentiel, notamment en raison du vieillissement de la société et de l'individualisation des applications médicales. « Nos produits vont continuer à aider à sauver des vies, à améliorer la qualité de vie et à contribuer au maintien d'un environnement vivable à long terme », conclut Martin Becker. Et peut-être que les pompes KNF seront à bord le jour où les humains iront sur Mars pour la première fois. Qui sait ?

Articles associés

KNF Blog Knowledge Flows

Suivez les dernières tendances sur la façon dont la technologie des pompes à membrane fait évoluer le marché.

Knowledge Flows
S’abonner à notre blog
Restez informé des dernières nouveautés et soyez notifié par mail lorsqu’un nouvel article est publié.
Vous trouverez des informations relatives au traitement de vos données personnelles dans notre charte de protection des données.
Chatter avec KNF