La pompe à vide à membrane NK 143 E est utilisée, par exemple, pour l'analyse des gaz dans les mines.
Marchés

Une surveillance fiable du monoxyde de carbone

Systèmes d'alarme au CO pour les tunnels, les parkings et les chantiers industriels

Une bonne pompe à membrane fonctionne de manière fiable, efficace et de préférence discrètement, en arrière-plan. Et elle doit souvent faire face à des circonstances extrêmes. Au début des années 1970, par exemple, KNF conçoit une pompe destinée à être utilisée dans les systèmes d'alarme au CO. Ces systèmes contrôlent principalement la valeur limite dite MAK (concentration maximale sur le lieu de travail) dans les parkings, les tunnels et les chantiers industriels. Cette valeur limite décrit les conditions dans lesquelles une quantité d'une substance (en l'occurrence le monoxyde de carbone) peut être présente dans l'air sans qu'elle ne soit toxique pour la santé, même en cas d'exposition répétée et de longue durée. Donc même si vous êtes exposé à cette substance cinq jours par semaine, huit heures par jour au travail. En 1973, cette valeur limite pour le CO était de 50 ppm (« parties par million »), aujourd'hui elle est de 28 ppm.

Le rôle de la pompe KNF est d'aspirer l'air à tester au niveau d'un filtre d'entrée, et de le transmettre à un dispositif de détection et d'alarme. Si la mesure atteint une certaine valeur limite, une alarme optique et acoustique se déclenche et un contrôle de l'air s’active. Le défi est, d'une part, que la conduite entre le filtre d'entrée et la pompe fasse 150 mètres de long et présente donc une grande résistance à l'écoulement. D’autre part, la pompe doit fonctionner en permanence dans un boîtier fermé et donc produire le moins de chaleur possible. En outre, la KNF doit encore mettre au point une version spéciale pour la surveillance de l'air ambiant dans les centrales nucléaires.

La réponse technique à ces défis consiste pour KNF à installer d'abord un moteur non ventilé à puissance réduite dans le boîtier du type standard 07. Puis, le débit est réduit à 5 l/min. C’est ainsi qu’a vu le jour la NK 640.7 E : une pompe particulièrement silencieuse et robuste fonctionnant de manière continue. KNF utilise des compresseurs à membrane avec un système à double membrane dans les centrales nucléaires. Comme les pompes doivent supporter des températures allant jusqu'à 50 degrés, KNF utilise de l'acier inoxydable pour les têtes et un plastique spécial pour les membranes, les clapets et les joints toriques.

Ainsi, les pompes garantissent un air non toxique sur le lieu de travail, que ce soit dans les parking souterrains ou dans une centrale nucléaire, et elles fonctionnent bien sûr sans entretien et en toute discrétion, mais de manière fiable.

Articles associés

KNF Blog Knowledge Flows

Suivez les dernières tendances sur la façon dont la technologie des pompes à membrane fait évoluer le marché.

Knowledge Flows
S’abonner à notre blog
Restez informé des dernières nouveautés et soyez notifié par mail lorsqu’un nouvel article est publié.
Vous trouverez des informations relatives au traitement de vos données personnelles dans notre charte de protection des données.
Chatter avec KNF