Test de résistance : Dans les laboratoires, les pompes à membrane doivent résister aux fluides agressifs.
Marchés

Les pompes à membrane dans les laboratoires

Quand KNF aide au travail quotidien

Le premier domaine dans lequel les pompes à membrane sont utilisées dès les années 1960, sont les laboratoires. Aujourd'hui comme hier, le vide est un outil fréquemment utilisé dans les laboratoires de chimie : que ce soit pour concentrer les solutions, pour extraire les vapeurs agressives, pour filtrer ou pour assurer un séchage sous vide en douceur. Pendant longtemps, destrompes à eau ont été utilisées dans les laboratoires pour générer le vide. Cependant, Erich Becker reconnaît que les pompes à membrane sont idéales pour cette application : Contrairement aux trompes à eau, elles permettent non seulement d'économiser de l'eau, mais elles sont également exemptes d'huile, prennent peu de place, et offre une étanchéité très fiable.  

Suivent le développement de la première série de produits, toujours dans la Habsburgerstraße à Fribourg : les pompes AEROMAT AL 15 et AL 17, puis enfin le premier brevet KNF. Erich Becker prend la voiture et tente de convaincre les revendeurs pour laboratoires du pays de son idée. « Je partais le dimanche soir et je rendais visite à tous les gros bonnets des villes universitaires, je donnais des formations, et je n’arrêtais jamais de parler et de donner des explications ». 

C’est ainsi qu'Erich Becker établit des contacts... et apprend que ses pompes nécessitent un vide plus important, afin de pouvoir remplacer les trompes à eau. KNF conçoit donc la pompe Picco, la NK 25, équipée de deux têtes de pompe AEROMAT raccordées en série, et qui assurent un meilleur vide. Mais avant que la NK 25 ne fasse une grande percée dans le secteur des laboratoires, cette nouvelle pompe sera utilisée ailleurs : Dans le domaine de la réfrigération. La pompe s’avère être idéale pour évacuer les gaz des systèmes de réfrigération en vue d'une réparation ou d'un entretien. 

Test de résistance : Dans les laboratoires, les pompes à membrane doivent résister aux fluides agressifs.
Test de résistance : Dans les laboratoires, les pompes à membrane doivent résister aux fluides agressifs.

Au fil des ans, les exigences des clients en matière de pompes de laboratoire KNF augmentent. « L’étape suivante a consisté à utiliser même des fluides corrosifs en laboratoire, nous avons donc rendu les pompes résistantes aux acides : à l'époque pour ce faire, on utilisait encore l’acier inoxydable », raconte Erich Becker. C’est ainsi que la famille des pompes de laboratoire s'agrandit de plus en plus. Enfin, dans les années 1990, KNF lance la pompe portable tout PTFE. Une des pompes KNF actuelles est la LABOPORT N 820 G, dont la tête d’est en PTFE et la membrane revêtue de PTFE, ce qui lui confère une résistance chimique maximale. C’est exactement ce dont la pompe a besoin lorsqu'elle entre en contact avec des substances agressives telles que des solvants. 

Ainsi, KNF est en contact étroit avec les laboratoires depuis les années 1960, accompagne leurs travaux et optimise en permanence la structure technique et la conception des pompes. Aujourd'hui KNF est l'un des leaders du marché de la technologie de laboratoire, et ses pompes à membrane font depuis longtemps partie du quotidien des laboratoires. 

Fiabilité : Les pompes à membrane KNF sont devenues indissociables du travail en laboratoire.
Fiabilité : Les pompes à membrane KNF sont devenues indissociables du travail en laboratoire.
Le mini-compresseur à membrane NK 7 est utilisé en laboratoire dans les années 1970.
Le mini-compresseur à membrane NK 7 est utilisé en laboratoire dans les années 1970.
Articles associés

KNF Blog Knowledge Flows

Suivez les dernières tendances sur la façon dont la technologie des pompes à membrane fait évoluer le marché.

Knowledge Flows
S’abonner à notre blog
Restez informé des dernières nouveautés et soyez notifié par mail lorsqu’un nouvel article est publié.
Vous trouverez des informations relatives au traitement de vos données personnelles dans notre charte de protection des données.
Chatter avec KNF